Actualités 2020

10 octobre

Traduction : sortie du recueil Jejuri de Arun Kolatkar, traduit de l’anglais (Inde) par Roselyne Sibille  – Préface d’Annie Montaut – Editions Banyan (bilingue) – 2020

_______________________________________________________________

1er octobre

Salon du livre de Saint-Ambroix (Gard) le 3 octobre 2020 reporté au mois de mai prochain !
__________________________________________________________________________________________

Prochaine lecture :

Salon du livre de Saint-Ambroix (Gard) le 3 octobre 2020 : lectures à 11H30 et 14H30 sur la Place aux herbes dans le cadre du festival La ruée des livres.

___________________________________________________________________________________________

8 juillet

Parution d’une note de lecture sur Une prairie de poèmes suivi de Les langages infinis par Florence Saint-Roch dans la revue Terre à ciel :

Lien vers l’article sur Terre à ciel

____________________________________________________________________________________________

8 juillet

Parution d’une note de lecture sur Une prairie de poèmes suivi de Les langages infinis par Cécile Guivarch dans la revue Terre à ciel :

Une prairie de poèmes suivi de Les langages infinis, Roselyne Sibille, Collection Grand ours, L’Ail des ours / n°3

Les œuvres de Renaud Allirand viennent illustrer la prairie dans laquelle Roselyne Sibille marche. Une prairie de poèmes, ou vivre la nature, être dans la nature, s’y fondre, l’accueillir. Prendre l’herbe « entre (s)es mains / pour écrire » et le déposer en soi. Roselyne Sibille nous entraîne dans ce paysage : une prairie. Sous le soleil de mars. A marcher, devenir abeille, butiner les fleurs de la prairie. Tout s’entremêle un peu. La nature se met à méditer quand c’est la poète qui en marchant médite activement. Les graines de pissenlit deviennent de « petites pleines lunes ». Devant la simplicité de la prairie, comparée à un « nuage végétal », boutons d’or, pâquerettes et pissenlits, « les pieds posés sur les nuages », la poète s’émerveille. Ainsi émerveillement dans la lumière naissante du matin, la rosée qui scintille : « entre mes pieds et l’herbe / les mots stupéfaits ». Émerveillement devant cette prairie qui au fil des jours se métamorphose : « la prairie se transforme plus vite que le poème ». Bientôt elle deviendra foin, mais se recommencera, se mettra à pousser de nouveau. Et nous arrivons sur une deuxième partie Les langages infinis, qui pousse à « entendre / les langages multiples ». Le langage est-il seulement le fait de l’homme ? Roselyne Sibille nous confirme qu’il est également dans la nature : « plutôt que des mots / noyés par des mots / j’écouterai / s’équilibrer les arbres ». Ainsi écouter les insectes, déchiffrer les écorces, l’arbre qui pousse, semer des fleurs afin que la joie se dessine et « (…) entend(re) le chant de l’océan / à l’intérieur ». Lire Roselyne Sibille, c’est trouver une forme d’apaisement.

Un oiseau s’applique
à répéter sa phrase

Brume des boutons d’or
tous ensemble épanouis

Presque oublié le vert
sous l’étole à peine déposée

Des choucas croassent
comme s’il s’agissait
de rayer
la perfection
_________________________________________________________________

30 mai

Parution de Une prairie de poèmes suivi de Les langages infinis – Éditions L’Ail des Ours (Coll. Grand ours n°3) accompagné de trois encres de Renaud Allirand.

Lien vers le site des éditions

Correspondance et abonnement : Éditions L’Ail des ours – 24 rue Marcel Gavelle – 02200 Mercin et Vaux

Courriel : aildesours02@orange.fr

___________________________________________________________________________________________

Prochaine lecture :

6 juin : Médiathèque d’Hyères (Var)                 Reportée pour cause de COVID 19 !

__________________________________________________________________

8 avril

Dans la revue Terre à ciel d’avril, rubrique « Paysages », parution d’une page nommée : « L’Autre chemin, notes et poèmes pour explorer dix encres de Roselyne Sibille, par Florence Saint-Roch. »

Lien vers la page sur Terre à ciel

___________________________________________________________________

9 mars

Dans la revue Recours au poème n°201 (mars 2020), parution d’un ensemble de poèmes de Florence Saint-Roch inspirés par mes encres (L’autre chemin, extraits) suivi d’un texte où j’explique le processus de création de ces encres.

Lien vers la page sur Recours au poème

_______________________________________________________________________

Prochaine publication : Une prairie de poèmes (suivi de Les langages infinis) aux éditions L’Ail des ours :  mai 2020, recueil accompagné de trois gouaches de Renaud Allirand.

_______________________________________________________________________